BLABLA...

Allaiter or not allaiter ?

Allaiter or not allaiter, tel est la question que se posent toutes les femmes enceintes à un moment donné. En matière d’alimentation pour bébé, j’avoue que le choix a été très vite fait pour ma part.

La nature a bien fait les choses, nous avons, comme tous mammifères, de quoi nourrir nos petits, alors autant s’en servir !

Ce choix, très personnel, appartient bien sûr à chacune. Loin de moi l’idée de juger celles qui n’aime pas ou ne veulent pas ce contact, assez unique et particulier il faut le dire.

Car oui c’est un véritable moment de fusion avec son enfant et les vieux clichés ont la vie dure sur ce sujet. Parlons-en…

Oh my boobs !

En 2019, certains sont encore choqués quand une maman dégaine sa meule pour nourrir son bébé, et je me demande toujours pourquoi d’ailleurs. #ellenecomprendpas

Pourtant, notre poitrine a bien cette fonction première, avant d’être le fantasme œdipien de tous les hommes.

La femme n’est-elle donc qu’un objet de fantasme avant d’être une reproductrice et une mère nourricière ?!

Nous avons la chance de pouvoir porter la vie et prolonger ces doux 9mois de fabrication de minis humains (oui c’était doux pour moi !), alors pourquoi s’en priver quand on est en accord avec cette pratique.

« Pratiquer » l’allaitement

J’avais peur de ne pas réussir à allaiter mon bébé, du coup j’ai pris un cours avec une sage-femme expérimentée, qui nous a expliqué les bons gestes, les bonnes positions, ce qu’il faut ou ne faut pas faire pour y arriver au mieux.

Puis en plein milieu du cours, j’entends certaines mamans hypers angoissées, et je me suis interrogée sur ma place à ce moment-là :

Pourquoi j’étais si stressée de ne pas réussir à nourrir mon enfant, quand des tas de femmes le font dans des pays sous-développés où elles n’ont pas accès au lait maternisé, et ce depuis des millénaires ?! #jemesensridicule

On dit souvent que la principale raison de ne pas y arriver, c’est quand bébé à un frein de langue trop serré, ce qui empêche la succion. Mais cela touche seulement 10% environ des bébés !

Alors… Perturbations de l’esprit ou réel problème d’une petite bouche ?!

Une tétée toute les 3H !

Il y a bien 30ans, nos mères ont appris à attendre 3h entre chaque tétée (si ce n’est pas 4).

C’est désormais entre chaque bibi que les sages-femmes aiment nous rabâcher cet adage.

Sauf que ces faits ne peuvent s’appliquer à tous les enfants et à toutes les situations.

Chaque enfant est bel et bien différent, à une faim et des besoins différents d’ailleurs aussi.

Ça, c’était avant : Oui parce qu’avant, elles pesaient leur bébé après chaque tétée pour savoir combien ils avaient pris, VS aujourd’hui, on propose le sein à bébé quand il veut.

En 2019, l’allaitement est à la demande, c’est bien plus pratique, on ne se prend clairement plus la tête !

Aucun intérêt de faire crier famine l’estomac d’un nouveau-né, sous prétexte « qu’il faut » attendre un laps de temps. Aujourd’hui on est à l’écoute de ses besoins, de mêmes qu’on ne saucissonne plus son gosse comme un petit Jésus pour lui faire pousser les os droits (oui oui c’était la raison t’as bien lu !)

Encore elle mange ???

Voilà la phrase que j’entends en longueur de temps, et bordel que c’est fatiguant !!!!

Ben oui les 3H d’attente, elles sont où meuf ??!!

Pour les ignares qui balancent cette sympathique phrase, sachez que le débit d’un sein, qui plus est le mien, ne correspond pas à un biberon et encore moins à un robinet.

(C’est bien pour cette raison que je tire mon lait environ 15min/sein minimum pour avoir seulement 120ml à donner à ma fille à 5h du mat’, les moments opportuns de bonnes récoltes).

Donc non seulement je n’attends pas 3H car je ne sais pas la quantité qu’elle prend, mais en plus je la mets au sein dès qu’elle réclame pour être sûre qu’elle ait sa dose de nourriture afin de grandir correctement. Et en plus j’ai un bébé glouton, pour qui ben… les 3H elle s’en bat la couche !

Et devine quoi ??? Miracle ! elle prend le double du poids normal selon ma sage-femme et mon pédiatre !! #magie #laitultranourrissant #danstesdents

Tu devrais faire ça…

Quand t’as un enfant et que c’est ton premier, les gens ne peuvent pas s’empêcher de te donner des conseils, de te dire comment faire et de te prouver par A + B que c’est comme ça que ça a marché pour leurs enfants.

Ouai ok ! Mais tous les enfants sont différents, et personne d’autre qu’une maman ne sait ce dont son propre enfant a besoin.

Les conseils c’est bien, ça peut aider, c’est d’abords bienveillant mais ensuite c’est très très chiant !

Ça met le doute alors qu’à la base tu n’en as pas, ça t’embrouille et tu te poses des tonnes de questions alors que d’habitude, pas du tout !

Bref, l’allaitement se vit comme un moment de tendresse et de partage. Il faut accepter d’être au service de son bébé le temps qu’on a choisi de le nourrir.

Oui mais papa est mis de côté !

Non ! allaiter ne veut pas dire non plus mettre le papa de côté.

Ici, on pratique l’alimentation mixte (lait maternisé + mon lait en boobs ou en bib).

En gros, je tire donc mon lait pour que son papa puisse aussi lui donner et le lait relais permet de palier à la fatigue ou la baisse de production selon mon état. Cela nous permet aussi de caler Eugénie le soir avant de la coucher. Un rituel que nous avons mis en place rapidement pour l’aider dans son sommeil (et le nôtre par la même occasion! ).

En journée c’est le sein + lait relais, la nuit c’est mon lait au bibi et en général vers 11H, 16H et 20H, ce sont 3 bibis (environ) de lait relais.

C’est notre rythme de croisière, chacun doit trouver le sien, il n’y a pas de recette toute faite.

Allaiter c’est un choix personnel qui ne peut se juger tant sur la manière que sur la durée (même si allaiter un gosse de 3 ans et plus me fait quand même tomber la mâchoire… je sais, j’ai dit « on ne juge pas » mais là mon pote Œdipe me dit dans l’oreillette que ça devient chelou, désolée !).

#opinionpersonnelle #jevaismefaireengueulerparcertaines #nemetapepas

Je ne compte pas allaiter ma fille très longtemps, au moins jusqu’à ce qu’elle aille à la crèche (octobre 2019, le mois où je vais le plus pleurer je crois… #snif), mais je sais déjà que ce sevrage sera autant difficile pour elle que pour moi. Car nous avons, grâce à ça, un lien particulier. Elle reconnait d’ailleurs mon odeur (de lait et sûrement de transpi aussi LOL) parmi des tas de femmes. #ouf #monpetitanimal

Ce petit côté bestial d’ailleurs qu’elle a de choper mon sein en s’énervant comme si la terre allait s’arrêter de tourner dans la seconde est beaucoup trop craquant. Et la voir s’endormir dans mes bras en roulant les yeux de bonheur et de fatigue me fait littéralement fondre !!

D’ailleurs, j’ai trouvé le moyen de figer dans le temps notre belle aventure lactée. Grâce aux magnifiques bijoux de ma parenthèse lactée, j’ai pu commander un bijou fait de mon propre lait (incroyable!), l’occasion de porter au quotidien, notre lien d’Amour et de nourriture. (clic sur son nom pour découvrir les merveilles!!) Des bijoux aussi beaux et qu’originaux. Dès que je vais recevoir le mien je sens que je vais pleurer… #mamanNianNian

Nous, on fait des tétées pour nourrir, des tétées qui rassurent, des tétées qui endorment, mais surtout, ce sont toutes des tétées d’Amour !

#breastfeeding #teamallaitement #enfantmalheureuxtasvu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *